Paléolithique et Mésolithique

Le territoire et les hommes

Vers - 400 000 ans, les premiers hommes à laisser une trace de leur passage à l'ouest de la Région parisienne, les Homo erectus, ont circulé en utilisant les voies de communication que sont les grandes vallées (Seine, Mauldre et Vaucouleurs), notamment à partir de la plaine de Versailles. Ils s'installent moins souvent sur les plateaux.

 

A la fin de la dernière glaciation, vers - 10 000 ans, malgré la lente transformation du paysage lié au réchauffement du climat, l’implantation humaine reste similaire. Ainsi, le nord du territoire (la vallée de Seine) semble plus peuplé que le sud, aux vues du nombre de vestiges archéologiques découverts, mais l'érosion des sols doit ête prise en compte pour nuancer cette tendance.

Environnement et vie quotidienne

Le Paléolithique est une longue période découpée en trois par les spécialistes, qui voit sa faune et sa flore varier énormément en fonction des fluctuations climatiques. Ainsi, alternent les paysages de climat chaud (de type savane) et de climat froid (tundra gelée), connus par des études palynologiques réalisées dans la vallée de la Seine. Ont ainsi pu être retrouvés des ossements d’hippopotame, de lion, d’éléphant ou de hyène, habitués aux climats chauds, ou de renne, de mammouth, de rhinocéros et de bison, adaptés aux climats froids.

 

Pour se nourrir, les premiers européens, du type Homo erectus, chassent de petits animaux et profitent des restes de repas laissés par les autres prédateurs. Ils cueillent aussi des baies, ramassent diverses plantes comestibles et pêchent dans les nombreuses rivières que compte le territoire.

Lorsque les premiers hommes pénètrent à l'ouest de la Région parisienne, ils apportent avec eux tous leurs savoir-faire et particulièrement leur technique de la taille de la pierre, fabriquant ainsi des outils élaborés comme le biface. Ces outils, le plus souvent en silex, sont souvent les seules traces du passage de ces groupes de chasseurs.

Après une période de refroidissement, où les traces humaines sont rares, des Néandertaliens à leur tour circulent dans les Yvelines et les Hauts-de-Seine. Ils apportent une nouvelle technique de taille de la pierre permettant la fabrication d’outils aux formes standardisées : le "débitage Levallois", du nom de la ville de Levallois-Perret (92) où ont été trouvés les premiers blocs de silex taillés de cette façon. Les hommes, utilisant ces outils, chassent en groupe afin de parvenir à abattre de gros animaux.

 

Puis, vers - 40 000 ans, les hommes modernes (de type Cro-Magnon), nos ancêtres directs, s’installent à leur tour en vallée de Seine et vivent quelque temps auprès des Néandertaliens qui disparaîtront après une possible période de métissage. Ils se distinguent, notamment, par une nouvelle technique de taille permettant d’obtenir des lames de silex, parfois très longues, transformées en divers outils. Ils façonnent également des outils avec de l'os, comme des poinçons et des aiguilles (pour la fabrication de vêtements en peaux) et inventent le propulseur qui leur permet d’atteindre des cibles éloignées.

Les communes situées le long de la Seine ont livré un abondant outillage lithique de ces phases du Paléolithique. C’est le cas de Moisson, Saint-Martin-la-Garenne, Rolleboise, Mantes-la-Jolie, Flins-sur-Seine, les Mureaux ou Rueil-Malmaison où ont été retrouvés, entre autres, des bifaces, des éclats de type "Levallois" ou des lames, mis au jour grâce aux nombreuses exploitations de carrières de sable et de gravier.

 

La période du Mésolithique se caractérise par le réchauffement du climat et marquera, pour les archéologues, le début d'une lente transformation du mode de vie des chasseurs-cueilleurs. Les paysages ouverts, de savane ou de steppes froides, évoluent pour laisser la place à des forêts de feuillus plus denses, habritant des gibiers tels le cerf et le sanglier. Les populations de cette époque restent des chasseurs nomades qui, grâce à l’invention de l’arc, peuvent chasser en forêt, à couvert. Les techniques de pêche se perfectionnent aussi avec l’apparition de la canne à pêche, de la nasse, de la pirogue et du filet. Les hommes améliorent également leurs armes et leurs outils en procédant à la miniaturisation de certains d’entre eux, appelés "microlithes".

Habitat et architecture

Les hommes du Paléolithique utilisent des habitations adaptées au relief et au climat qu'ils rencontrent au fil de leurs déplacements.

Il peut s’agir aussi bien de campements installés en plein air (sous tente), que l'utilisation temporaire d'abris naturels comme l’abri-sous-roche découvert à Bonnières-sur-Seine (78) sur un versant dominant la Seine.

 

Une fouille réalisée en 1991 y a révélé un foyer, des ossements d’animaux, ainsi que de nombreux déchets de taille du silex. Ce site a donc abrité momentanément des chasseurs magdaléniens à la recherche de gibier (mégacéros, chevaux et sangliers). De véritables campements saisonniers sous tentes ont également été étudiés aux Mureaux (78) et à Rueil-Malmaison (92), dévoilant une adaptation des déplacements aux rythmes de la migration des troupeaux.


Avec le réchauffement climatique du Mésolithique, les derniers chasseurs nomades privilégient ces habitations en plein air. C’est le cas à Sonchamp (78) où plusieurs campements ont été découverts. En tout, plus de quinze habitats ont été fouillés, livrant ainsi plusieurs milliers d’outils, d’armes de chasse et de déchets de silex. La commune a d’ailleurs donné son nom à une pointe triangulaire en silex servant à chasser au javelot, retrouvée en grand nombre sur le site.

Vie spirituelle et artistique

Vers - 80 000 ans, Néandertal enterre déjà ses morts. Les tombes sont alors de simples fosses creusées dans le sol d’une grotte, par exemple, ou en plein air. Les défunts sont parfois accompagnés d’objets (dents d’animaux percées ou gravées, coquillages, outils et armes de chasse) ou de fleurs. Ces attentions sont-elles les premières manifestations matérielles de croyances dont la signification religieuse reste à définir ?

  

Si on connaît des exemples de sépulture des périodes paléolithiques dans d’autres régions françaises, à ce jour les Yvelines et les Hauts-de-Seine n’en ont livré aucune. Les plus anciens individus découverts en fouille datent du Mésolithique et proviennent d'Achères (78) et de Rueil-Malmaison (92).

Définir une expression artistique reste délicate pour ces périodes. Au Paléolithique supérieur des silex gravés de profils d'animaux ont été retrouvés, aux Mureaux par exemple, mais leur signification reste hypothétique.

  

L’ornement des grottes, bien connu au Paléolithique supérieur dans le sud de la France, n'a pas de parallèle en Région parisienne, mais des manifestations d'un art rupestre existent au Mésolithique dans les Yvelines. Rochefort-en-Yvelines possède une magnifique grotte située dans une cavité naturelle, en bordure de la forêt de Rambouillet. L’intérieur est presque entièrement recouvert de gravures. Les motifs sont nombreux et variés : sillons isolés ou parallèles, griffes, grilles, cupules, croix… Là encore, le but de ces traces laissées volontairement est sujet à débat.